Fleur nature

15 août 2017

Non classé

J’ai fait l’amour à une forêt.

Mille et un mystères m’entourent, m’enivrent et virevoltent. Les rayons dorés rebondissent à travers les feuillages et viennent napper ma peau donnée.

I made love with a forest.

Surounded by a thousand mysteries, whirl and make me drunk. The golden beams rebouncing on the the leaves, coating the skin I give.

20861182_10212660995456386_368501524_o

Offrande libre et légitime à la nature luxurieuse de mon corps nu d’éphèbe blanc. La sève monte, l’onde parcours comme un même chemin les pierres mousseuses et la mousse, lit à ciel ouvert où s’ébattre.

The offenrings, freely and legitimate,

received by my lustful nature of my body,

my naked white ephebic body. Lifeblood rises,

their waves travel accros a path of mossy stones, and the moss,

where I frolic in my bed in the open air.

 

La rosé de Mère nature et la semence Priape de l’homme se mêlent pour communier dans un vertige sensuel. Découverte du corps, du tronc, bois moelleux d’écorce en chaire. Je divague et parcoure les terres vierges que je profane de mon indécence innocente. Vêtements envolés, pudeur oubliée, je m’offre alors sans peur et avec passion aux végétaux phalliques qui excitent mes pensées.

Mother nature’s dew and Priap’s semen flow into each other to commune in a sensual vertigo.

Discovery of the body, of the trunk, mellow wood of carnated bark.

I ramble around the virgin ground that I desacrate with my indecent innocence.

Cloths flying of, ignored modesty, I offer my self without fear and with passion to the phalic vegetals that are exciting my thoughts.

20862339_10212660995336383_1460046600_o

J’imagine mille et une communion d’êtres, bestiales, animales, dur comme la roche et souple comme la tige. Enlacée, élancé, j’ouvre ma fleur au passant, au voyageur. Comme un monde sans horizon, jonché de chemin invisible et de danses transcendantes, je couvre de baisés les lutins et les fées qui seront m’apporter l’extase de l’amour simple. Je m’effrite et me dissous dans la forêt, tel le pèlerin perdu dans les fourrés qui perd ses peaux, peu à peu je m’efface pour laisser place à l’orgasme.

20839721_10212660997976449_92038271_o

Plus de honte, plus de limites, seul les plaisirs bucoliques et les odeurs parfumées d’humidité et de chaleur qui font monter les désirs et les rêves inavouables. Frémissements, douces caresses, j’empoigne et j’enserre les fougères et les herbes, frottant mon anatomie pour des sensations nouvelles. Jambes écartées, bras ballants, souffle saccadé, cœur transporté, je m’abandonne sans vergogne à la dépravation et au charnel pour illuminer mon esprit dans cette beauté enchanteresse.

20839771_10212660997616440_2010963844_o

Loin des draps, des couvertures et des dorures, je vais au plus simple, au plus pur, au plus vrai, me laissant porter par les voix de la forêt. Dans ce coïte des sens et des essences, j’entre en apothéose, jouissance pénétrante et vacillante qui parcours jusqu’à mes os. Une fois l’acte accomplit, je me pose et me repose, entre ses bras mi douceur, mi force, et songe en un brillant matin où comme il y a quelques instants, je retrouverai ce désir ardent.

Coco

Photo XS

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Sarah SAKR |
Passions au bout des ... |
Eda&Nur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | EAUfeuTERREeau
| Leblogdemissdream
| Mybluesky